Une langue universelle

Leave a comment
Share
Dans les années soixante dix, j’ai accompagné un Monsieur dans une entreprise que je connaissais pour l’aider à trouver du travail.
Mon compatriote ne comprenait pas le Français, il venait d’arriver d’Espagne, mais il savait travailler.
Le patron l’a accepté et l’a mis à l’essai pendant dix jours. Au bout de cette période j’ai revu mon ami et je lui ai dit :
– alors ça été ?
Il me répond : oui, mais je ne comprend pas du tout le français. Ici les chiens aboient de la même manière qu’en Espagne, pourquoi les hommes ne parlent pas tous comme en Espagne ?
C’était la bonne époque, il y avait du travail pour tous les courageux.
Nous avons vécu de longues années en France, nous y avons travaillé, appris à parler, mais l’écriture moi, c’est à la retraite que je m’y suis mis.

Le 12 mai 2010
Manuel GONZALES

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.